MON ALT

Effets des réseaux sociaux… Quels sont-ils ? Les marques influenceuses et autres acteurs marketing malveillants l’ont bien compris. Grâce aux études des neuroscientifiques, il est facile grâce à une application smartphone et des techniques subliminales d’exploiter la vulnérabilité de la psychologie humaine. Les conséquences ?  Voici  9 choses à savoir sur les réseaux sociaux.

Lire aussi >> Commment faire une bonne première impression en 5 étapes

1. Les réseaux sociaux conditionnent votre pensée

Comment ? Grâce à l’intelligence artificielle où les algorithmes de ces plateformes numériques savent exactement ce que vous voulez. C’est l’IA qui choisit les informations que vous consommez : Twitter, Facebook et Google sont pilotés par l’IA. Il suffit d’aimer un post en particulier, ou de renseigner votre profil ou de vous inscrire sur un site avec votre compte Facebook, pour que l’on vous propose par la suite des services, produits en fonction de vos besoins (mais en réalité vous ne savez même pas que vous en avez besoin bref).  Faites le test ! Renseignez sur Facebook que vous êtes seul.e, suivez les comptes des Marseillais et des Chti’s ou autres âneries, puis recherchez un bon plan pour les prochaines vacances sur Google.  Et hop sous vos yeux apparaitra une belle publicité du Club Med ou encore Vacances-celibataires.net sur votre fil d’actualité ! Le scandale Cambridge Analytica est bien la preuve que des informations personnelles des utilisateurs Facebook ont été utilisées à des fins politiques… L’élection de Donald Trump, la victoire du Brexit, influence ou réalité ?

effets reseaux sociaux

Conseil : consommez des contenus de qualité et désabonnez-vous des pages qui n’ont pas de réelle valeur ajoutée. Ne suivez plus des personnes qui ne travaillent qu’avec des marques (les fameux influenceurs). Optez plutôt pour du contenu divertissant intelligent et vérifié (comme So Pulse haha). Plus sérieusement : Brut, Kombini, Mediapart et France Info peuvent être de bons compromis. Enfin, méfiez-vous des buzz et fake-news.

2. Les réseaux sociaux vous rendent accros

Comment ? Grâce à la dopamine, une hormone clef dans l’addiction qui alimente le circuit de la récompense (comme manger, faire l’amour). A votre avis pourquoi scrolle-t-on sans cesse sur les fils d’actualités Facebook, Twitter, Linkedin ou encore les stories SnapChat ? Car par défaut votre cerveau aime la nouveauté. Les images à outrance l’excitent davantage. Puis à quoi servent les likes Facebook, les J’aime Instagram, les flammes SnapChat ? Car en retour vous obtenez l’approbation de votre communauté, une récompense supplémentaire qui touche une partie précise de votre cerveau (une zone identique atteinte par l’alcool et la drogue). Des vidéos recettes, de la publicité ciblée en passant par des stupides vidéos de chat ; tout est fait pour que vous passiez un bon moment (et que vous reveniez par la suite). Bref, à force vous allez être atteint de FOMO (Fear or Missing Out), soit la hantise de rater une information ou un événement, un phénomène lié à l’éclosion des réseaux sociaux et à leur flux continu d’informations.

notifications reseaux sociaux

Conseil : désactivez toutes les notifications. Ce sont-elles qui vous incitent à revenir sur l’application. Limitez vos posts (souvent inutiles). Vous serez moins incité.e à vérifier toutes les heures les personnes qui ont vu le plat que vous venez de manger. 

3. Les réseaux sociaux traduisent votre besoin d’être aimé

Et l’amour dans tout ça ? Il y a un lien entre l’ultra-connexion et le besoin d’être aimé. Recevoir des dizaines de mails, d’appels, de messages ou de photos sur Facebook, Twitter, Instagram ou Linkedin vous rassure : cela souligne votre importance et votre valeur aux yeux des autres. Cela vous convainc que vous existez. Les psychologues ont tranché depuis un moment, l’ultra-connexion ne trahit rien d’autre qu’une ribambelle de peurs : peur de manquer de reconnaissance sociale, peur de ne pas être aimé, peur de ne pas être valorisé, peur de ne pas exister, peur d’être dépossédé de son pouvoir… Cette obsession pour la représentation sociale peut avoir des effets néfastes sur le plan psychologique.

selfie fille reseaux sociaux

Conseil : juste réfléchissez deux minutes. Vous vous apercevrez vite que l’amour et les preuves qui vont avec ne se vivent pas par écran interposé (mais en réel).

4. Les réseaux sociaux sabotent votre bonheur

La dopamine est encore coupable ! Les neurosciences nous apprennent qu’il existe aussi une chimie du mal être. Ainsi en va-t-il de la dopamine liée au plaisir et au circuit de la récompense. Ok, la dopamine est un neurotransmetteur indispensable à la survie de l’espèce sans lequel nous perdrions tout simplement le goût de vivre. Mais aujourd’hui elle se retourne contre nous. Avec les réseaux sociaux nous sommes bel et bien sous l’emprise de la dopamine générée par l’abondance de tout ce qui procure un plaisir immédiat. Une hausse de dopamine entraîne une diminution de la sérotonine, autrement dit une diminution du bien être.

effets réseaux sociaux morale

Conseil : entre excès de plaisir et bonheur il va falloir choisir ! Dans l’article Neurosciences : le bonheur est-il dans notre cerveau ? Retrouvez tous les conseils pour augmenter son taux de sérotonine.

5. Les réseaux sociaux appauvrissent vos relations

Le Phubbing ou l’art de snober votre entourage (contraction de « phone » et « snubbing »). Vous jamais ? Mais bien sûr ! Ce mot désigne un phénomène qui prend chaque jour un peu plus d’ampleur : celui d’avoir, au mépris de l’entourage le nez rivé sur l’écran (confère repas de famille du dimanche). Outre votre familles ou amis, les réseaux sociaux peuvent mettre en danger votre couple ! Des chercheurs américains ont comparé le taux de divorces par Etat avec le nombre de comptes Facebook par habitant. Résultat : les divorces ont augmenté de 4.32% dans les régions où Facebook est le plus utilisé.  L’amant du 21ème siècle ne serait plus caché dans le placard mais dans Facebook ?

réseaux sociaux relation avec les autres

Conseil : au restaurant n’ajoutez pas votre smartphone comme troisième couvert, ou mettez-le sur silencieux quand vous êtes en famille ou sortie en amoureux.  Une envie de consulter votre téléphone vous démange ? Résistez et profitez du moment présent !

6. Les réseaux sociaux altèrent votre santé mentale

Quand on passe beaucoup de temps sur les écrans, votre cortex a tendance à rétrécir donc moins de matières grises. Les conséquences ? Vous devenez impulsif, agressif, moins logique et rationnel. Selon Gabe ZICHERMANN, ancien consultant et gourou de la gammification : « les algorithmes des réseaux sociaux sont conçus pour vous confisquer votre libre arbitre et l’utiliser contre vous ». Par ailleurs, en Chine, des études réalisées sur les plus grands accros sur internet démontrent qu’à force de consommation, ils ont développé des troubles parentés à l’autisme et la bipolarité. Enfin,  on constate que des personnes sont atteintes de nomophobie : cela désigne la crainte qu’une personne peut avoir à l’idée d’être séparée de son portable.

impacts réseaux sociaux mental

Conseils : si vous êtes vraiment accro, faites vous aider. Informez vos proches ou allez voir un spécialiste (si si il y a bien des addictologues du numérique).  [image : salut moi c’est Jean]

7. Les réseaux sociaux vous volent votre temps

Grâce aux notifications et autres techniques sublimables, les réseaux sociaux sont efficaces pour attirer toujours plus votre attention. Quelques chiffres 2017 :

  • Les français passent en moyenne 2 heures par jour sur son téléphone (un chiffre qui ne ferait qu’augmenter)
  • On passerait 5 ans de notre vie sur les réseaux sociaux

Pour en prendre conscience, posez-vous deux questions : combien d’appareils numériques possédez-vous ? Combien de fois les consultez-vous au cours d’une journée ? A la première question il est facile d’y répondre. A la seconde un peu moins…

Conseils : téléchargez des applications à contrecourant qui vous permettent justement de vous limiter le temps de connexion. Les Echos.fr vous propose une liste applications utiles pour se désintoxiquer de son smartphone. Ou alors inventez le concept de la « no Wifi Zone », soit créer des zones de déconnexion à la maison (chambre à coucher) ou à l’extérieur (sur le trajet domicile-travail par exemple). Il existe même des restaurants qui ont en fait un argument de vente « No Wifi Zone, talk to each other ».

8. Les réseaux sociaux vous créent des complexes

Sur Snapchat, il n’y a pas que le « faceswap » et les oreilles de chien. L’application de photos et vidéos éphémères dispose également de plusieurs filtres connus pour « embellir » celui ou celle qui l’utilise. Entendre : agrandir les yeux, rapetisser le nez, et éclaircir la peau pour faire disparaître toutes les aspérités mais aussi… tout ce qui fait la particularité d’un visage. Plus dérangeant encore : ces filtres qui sont censés rendre « plus beau/belle » correspondent à un prisme occidental de la beauté physique : « Ils disent aux Afro-américaines et Polynésiennes que leur nez est trop écarté. Ils disent aux Asiatiques que leurs yeux sont trop petits. Et ils disent à toutes les femmes que leur visage devrait être plus fin. » Conséquences ?  A force d’être utilisés, ils créent une véritable distanciation entre notre image réelle et notre image sublimée. Enfin, les chirurgiens esthétiques sont de plus en plus confrontés à une demande étrange de leurs patients: ressembler à une version « avec filtre » d’eux-mêmes.

filtre chirurgie reseaux sociaux

Conseil : stoppez les selfies ! Basta Cosi !

9. Les réseaux sociaux adorent les plus jeunes

Facebook s’attaque à vos enfants ! Facebook lance Messenger Kids, pour les enfants de 6 à 12 ans. Elle permet d’envoyer des messages ou de passer des appels à une liste de personnes pré-définie et ne nécessite pas de compte Facebook. Le réseau de Marc Zuckerberg suscite de vives critiques parmi certains professionnels de l’enfance et l’inquiétude de parents. Dans une lettre ouverte à Mark Zuckerberg, des pédiatres, des psychiatres et psychologues, médecins et universitaires, demandent le retrait du service Messenger de Facebook pour les enfants. L’opposition à cette application Facebook s’ajoute à des préoccupations grandissantes concernant l’utilisation des outils numérique par les jeunes enfants. Une récente étude, publiée par des chercheurs de l’université de San Diego, soutenait que l’utilisation croissante des smartphones et des réseaux sociaux chez les adolescents était corrélée à une plus grande tristesse.

Conseils : préservez vos enfants des dangers sur internet… C’est comme tout, laisserez-vous votre enfant boire de l’alcool ? Jouer avec des jeux dangereux ?

 C’est comme tout, à bonne dose, les réseaux sociaux sont pratiques au quotidien. Seulement une prise de consciente doit être faite sur les effets néfastes des réseaux sociaux. C’est ce que s’efforcent de démontrer certains journalistes comme d’anciens cadres de la Sillicon Valley (Sean PARKER de Facebook ou encore Tristan HARRIS de Google). Dans la même veine, voici une vidéo « mindful » de Max Stossel sur le conditionnement des réseaux sociaux (activez les sous-titres) : 


Alors oui So Pulse est aussi sur les réseaux sociaux... Mais c’est un blog indépendant qui comme son slogan l’indique vous veut du bien (soit des posts non sponsorisés par des marques et des articles comprenant des sources de qualité).

Sources :

  • T. MOREIRA, A. FLAUX. Accros aux écrans. Envoyé Spécial, France 2, janvier 2018.
  • S. MANUTISSIER. Bouchons, Smarphones : les voleurs de temps. Envoyé spécial, France 2, novembre 2017.
  • M. CYMES. Votre cerveau. Livre de poche, 2017.
Share: