MON ALT

L’être humain est un être de relations. Relations avec les autres, avec les animaux, avec les plantes. Ce sont les relations qui nous font vivre. Explications. 

Attention, cet article ne traitera de la digitalisation des relations humaines. Exit les réseaux sociaux et autres relations fictives. Place à la vraie vie.

1. Relations aux autres

relations humaines fortes

Les relations humaines avant tout

L’homme a besoin de l’autre pour vivre et survivre. Un nouveau-né a besoin de l’amour de sa mère pour se sentir exister, apprendre et grandir. D’ailleurs, on peut vraiment l’affirmer depuis une expérience datant du huitième siècle (cf. Frédéric II du Saint Empire), une expérience qu’heureusement on ne se permettrait plus de refaire aujourd’hui. Cette dernière a démontré que si des nouveau-nés étaient privés de relation et de communication, non seulement ils ne pouvaient développer un langage, mais tous finirent par mourir. Pourtant, tous leurs besoins physiologiques étaient assouvis. Ils étaient uniquement privés de relations (paroles, jeux, câlins).

Bref. Les hommes et femmes ont besoin de relations familiales, amicales, amoureuses, des interactions professionnelles et autres types d’activités sociales pour évoluer. Le partage en est la finalité : valeurs, connaissances, sentiments, émotions…

Et quand les relations humaines sont méprisées ?

Voici quelques sujets à lancer à vos collègues, pendant votre pause-café :

  • Les personnes botoxées ont plus de mal à cerner les émotions des autres. En effet, elles ne peuvent pas reproduire inconsciemment les expressions de leurs interlocuteurs à cause de leur visage figé (vous savez cette tête bizarre que l’on fait quand on imite sans se rendre compte la personne qui est en train de vous parler). Pour communiquer, l’être humain a besoin de reproduire pour comprendre en imitant les expressions faciales. parodie fiona finn
  • Une exclusion peut provoquer une douleur mentale aussi forte qu’une douleur physique. Le réseau de la douleur est au cœur de nos relations. Et souvent il n’y a pas de groupe sans exclusion (même en maternelle où les gamins rejettent toujours un de leur camarade).relations sociales exclusion
  • Les psychopathes eux, détruisent les relations. Cela s’explique par une déficience au niveau de leur cerveau qui les rend moins sensible à la douleur des autres. Ils ont peu d’empathie et donc un cerveau moins social que les autres.

Bon. Ok pour les malades mentaux. Mais les ermites, comment font-ils alors ? Et bien ce sont les seuls qui se contentent d’autres choses comme par exemple…

2. Les relations avec les animaux

Je vous vois venir… Je ne vais pas parler de zoophilie, mais de relations « saines » avec nos amis les bêtes. Savez-vous qu’une personne ayant subi un infarctus à 23% de chances de plus d’être encore vivante un an après si elle vit avec un chien à la maison ? Les animaux ont une influence positive sur l’état non seulement psychique, mais aussi physique des personnes.On pourrait à notre tour avoir des actions positives envers eux même minimes (Allo c’est Brigitte Bardot qui vous parle) :

  • Ne plus consommer de produits à base d’huile de palme
  • Manger moins de viande et plus de céréales
  • Ne pas les enfermer dans des cages étroites
  • Préférer l’adoption dans un refuge ou à la SPA

Pour les enfants, avoir un animal de compagnie aide à grandir, responsabilise ou même leur permettent d’apprendre le sujet de la mort ou de la maladie « Mais pourquoi Maurice flotte ? ».

3.La relation avec la nature

Des études prouvent que la présence de plantes dans les bureaux fait baisser les maux de tête de 30%, la fatigue de 20% et les maux de gorge de 20%. D’autres chercheurs ont prouvé que le simple fait de marcher en forêt renforçait notre système immunitaire. C’est grâce aux plantes que l’on respire et qui purifient notre air. Encore combien de temps pourrons-nous disposer des ressources naturelles de notre planète ?

Et si la marche ce n’est pas trop votre truc et que vous préférez balader uniquement dans des centres commerciaux,apprenez quand même à distinguer un chou d’un brocoli.

 C’est indéniable, l’homme a besoin d’interactions avec son environnement, car notre cerveau est avant tout social. Il va constamment chercher des relations avec les autres, avec la nature et avec les animaux. So Pulse ! 
Les relations sont l’essence de notre vie non ?

Références :

  • D.EAGLEMAN. Au cœur du cerveau : ai-je besoin des autres ? Arte, 2017.
  • L.GOUNELLE. Le jour où j’ai appris à vivre. Kero, 2014.
Share: